Les grands esprits discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements et les petits esprits discutent des gens. -- Citations de Hyman G. Rickover

Je ne regarde pas la TV, du moins je ne la regarde plus depuis que je me suis installé en appartement pour mes études. Je n'ai jamais ressentit le besoin d'acheter un poste de télévision afin de recevoir les chaines nationales (voir les bouquets Canal+ ou autres). Internet me suffit. Pourquoi ? Car l'accès à l'information y est tout autre, la structure de l'Internet rend celle-ci plus proche, plus complète, plus maléable.

Il m'arrive quelques fois de retrouver chez des amis, la famille, un poste de télévision allumé. Très souvent sur une chaine d'information en continue comme BFMTV ou iTélé. Quelques fois sur des chaines musicales, d'autre fois en bruit de fond sur une chaine quelconque. La justification qu'ont les gens de laisser leurs postes allumés diffère mais je retrouve bien souvent les mêmes excuses : "Ça permet d'avoir un bruit de fond", "Une présence", "De ne pas me sentir seul".

Dans une société du divertissement, des médias, de l'information continuer à se cantonner à cette source audio-visuelle relève selon moi du tour de force. Au début je me suis demandé qu'est ce qui attirait tant les gens pour garder tout au long de leur journée le petit écran allumé si bien qu'ils arrivent à le regarder, sans le regarder. Puis je me suis rendu compte que ce n'était plus vraiment une volonté, mais un automatisme. Il faut machinalement zapper sur TF1 ou France2 à 13 heures ou 20 heures afin de suivre la grande messe de l'information, lacher un petit commentaire quand une actualité retient l'attention, un petit débat s'en suit qui sera oublié quand vient l'heure du fromage ou du dessert. Et le lendemain, ça recommence.

Je suis assez amusé de voir la réaction que j'ai lorsque je reste dans la même pièce qu'eux, ils arrivent parfaitement à ignorer le poste pendant de longues minutes, pour ma part je suis incapable de me détacher de ce qui en sort, même pendant les publicités qui me captivent, ils sont vacinnés.

Ai-je peut être tort de me priver de ça ? Pourtant, je remarque que j'arrive parfaitement à me tenir au courant des grandes actualités en lisant la presse numérique. LeMonde.fr, LeFigaro, Marianne, LePoint, peu importe, 90% des informations contenues dans leurs articles viennent du même organisme de presse : l'AFP. Le journaliste se contente souvent de structurer un peu différement la dépèche, de rajouter quelques commentaires et de publier ça à la va-vite.

Cette méthodologie journalistique se retrouve aussi parfaitement à la télévision. Je vous invite également à lire l'excellent sujet de discussion sur les journeaux télévisés (et plus spécialement la chaine BFMTV) du Forum Hardware : Télé - Les clichés de JT, marronniers et schémas de reportages. On y analyse entre autre les techniques de remplissage utilisés par les jounalistes pour leurs reportages et des nombreuses autres méthodes ridicules pour tenter de tenir l'attention du zombie téléspectateur.

Ce processus de remplissage par le vide semble de plus en plus prendre de l'ampleur. Le nombre de Fais Divers traités explose, si bien qu'on peut facilement passer une dizaine de minutes à "analyser" (les guillemets sont justifiés) l'histoire ridicule d'un lama promené dans le tramway bordelais par plusieurs personnes ivres et d'en parler pendant plusieurs jours. Quelle est la finalité de tout ça ? L'impact pour notre société ? Quelles conséquences ? Rien, rien et rien. Cette histoire qui ne faisait que quelques lignes dans des canards locaux il y a quelques années est maintenant propulsée pendant plusieurs jours au niveau national pour divertir l'audimat.

Les "journalistes" (et oui encore des guillemets, pour certain il ne reste vraiment plus que leurs carte de presse pour prouver leur appartenance à la profession) ne sont que des relais, ne prennent plus le temps d'analyser, de recouper, de réfléchir. Les problématiques sociétales ne sont plus creusées, tout juste effleurées. Le 4ième pouvoir est mort, ou presque. Il reste encore quelques indépendants qui résistent à l'envahisseur et qui fournissent des analyses complètes et détaillées (certains diront chiantes).

Les gens ne discutent plus que des évènements, pour la plupart d'entre-eux, ils tentent de prendre part dans des débats sans avoir les outils pour comprendre ou analyser clairement la situation. Avoir un regard extérieur sur les choses, c'est ce qui manque selon moi. Et cette vision extérieure devrait être poussée par la presse et les médias.

La société ne pourra pas évoluer si une grande partie de la population ne s'élève pas au-delà de ces non-évènements. Nous nous sommes battus pendant des décennies pour avoir les mêmes privilèges que les nobles (accès à l'éducation principalement) mais nous ne sommes pas capables de saisir ces nouveaux outils, de comprendre qu'Internet n'est pas une télévision ou une radio mais au contraire que ce réseau révolutionnaire offre à n'importe qui la possibilité de lire ET d'écrire dans un espace commun de façon plus ou moins anonyme.

Saisissez cette opportunité. Écrivez, analysez, diversifiez vos sources. Et éteignez ce fou** poste !